Georges Braque

Georges Braque

21/08/2015 Protagonistes 0

Georges Braque, biographie sommaire.

Georges Braque, né à Argenteuil (Seine-et-Oise, actuellement Val-d’Oise) le 13 mai 1882 et mort à Paris le 31 août 1963, est un peintre, sculpteur et graveur français.

D’abord engagé dans le sillage des fauves, influencé par Henri Matisse, André Derain et Othon Friesz, il aboutit, à l’été 1906 aux paysages de L’Estaque avec des maisons en forme de cubes que Matisse qualifie de cubistes, particulièrement typées dans le tableau Maisons à l’Estaque. Cette simplification est censée être à l’origine du cubisme qui reste controversée selon Olivier Cena

C’est en étudiant méthodiquement dès 1906 les lignes de contour de Paul Cézanne, que Braque a abouti progressivement à des compositions qui utilisent de légères interruptions dans les lignes, comme dans Nature morte aux pichets.

Puis avec une série de nus comme le Nu debout, et Le Grand Nu, il s’oriente, après 1908 vers une rupture avec la vision classique, à l’éclatement des volumes, une période communément appelée cubiste qui dure de 1911 jusqu’en 1914.

Il utilise alors des formes géométriques principalement pour des natures mortes, introduit les lettres au pochoir dans ses tableaux, invente des papiers collés. En véritable « penseur » du cubisme, il élabore des lois de la perspective et de la couleur. Il invente aussi les sculptures en papier en 1912, toutes disparues, dont il ne subsiste qu’une photographie d’un contre-relief de 1914.

Mobilisé pour la Grande Guerre où il est grièvement blessé, le peintre abandonne les formes géométriques pour des natures mortes où les objets sont dans des plans recomposés. Pendant la période suivante qui va jusqu’aux années 1930, il produit des paysages, des figures humaines, et malgré la diversité des sujets, son œuvre est « d’une remarquable cohérence. Braque à la fois précurseur et dépositaire de la tradition classique est le peintre français par excellence. » Le « Cahier de Georges Braque, 1917-1947 » publié en 1948 résume sa position.

Si j’avais trente ans, je serais le gemmiste Braque

 

 

C’est Pablo Picasso qui a fait découvrir le gemmail à Georges Braque

Les deux complices avaient cherché à travers le cubisme d’introduire le volume et une nouvelles perception des formes dans la peinture, Braque qui était toujours à l’affût de nouvelles techniques et matériaux, fut naturellement conquis à son tour par le gemmail et réalisa plusieurs œuvres; il déclara “Si j’avais trente ans, je serais le gemmiste Braque »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *