Historique du gemmail

Historique du gemmail version rapide.

Jean Crotti travaille depuis 1908 sur l’utilisation de verre et de lumière dans l’art.  Il dépose un premier brevet en 1933. Il réalise des œuvres à l’abbaye notre dame du Liban aux états unis qui se dégradent. Il dépêche Roger pour chercher une solution. Roland mon « oncle », est lancé sur la formulation d’un liant inaltérable.

Roger Navarre après avoir racheté ce brevet à Jean CROTTI, en dépose un premier, puis un nouveau avec une formulation technique censée lui donner de la pérennité, et notamment par la composition du liant,

A l’origine il y a le kaléidoscope…

Le peintre Jean Crotti (l’un des chefs de file du dadaïsme) est à l’origine des gemmaux.

Avec le temps, il fait évoluer le concept vers des empilements de verre aggloméré dont le lien est le collodion. Cette résine organique a une mauvaise résistance à la chaleur, sous l’effet de laquelle elle redevient fluide. Il donnera notamment des conférences au cours desquelles, muni d’une lanterne magique, il projette sur un écran des matières translucides colorées.

Il dépose un premier brevet en 1933 puis en mai 1939

Jean Crotti

Jean Crotti a travaillé durant de longues années pour la mise au point du gemmail.

Et une rencontre…

Roger Navarre à l'affut

Lors du mariage de ma mère, Roger, comme toujours, à la recherche de fonds

A cette époque Roger Navarre est à la tête de la société « France Luminescence  »  à Neuilly sur seine. L’entreprise travaille dans l’enseigne lumineuse, mais aussi plus généralement sur la mise au point d’éclairage « basse température ».

Jean Crotti consulte, en voisin, à plusieurs reprises Roger qui s’intéresse au projet et des liens amicaux se créent.

En 1947 Crotti avait réalisé avec Max Ingrand un travail dans la cathédrale notre dame du Liban aux états unis, mais ce travail vieillit très mal il demande à Roger d’aller voir.

2 personnes sont dépêchées et au lieu de travailler simplement sur la température émise par les sources lumineuses, Roland Georgiades met au point une résine qui sera la clef du gemmail.

En  1955, Roger rachète le Brevet de Crotti et en dépose un à son tour.