46f3e33e

C’est quoi le gemmail ?

Ni tableau, ni vitrail le gemmail est composé d’une superposition de morceaux de verres, agglomérés par un liant transparent, et éclairé par derrière. Picasso, (qui en a réalisé une cinquantaine), affirmait « un art nouveau est né…», pour Cocteau c’était « Un nouveau visage de la beauté », quand à Georges Braque il disait « Si j’avais trente ans, je serai le gemmiste Braque ». GemmailEnCours2

Cette forme d’art qui a illuminé les plus grands musées du monde, durant le vingtième siècle, nous la devons à un personnage Inclassable Roger Navarre, dit Malherbe. Sa vie est faite de fortunes et de scandales  avec notamment un rocambolesque procès qui a tenu la France en haleine en 1930. Puis vinrent 60 dépôts de brevets, dont les ventes lui permirent de constituer une grande fortune et finalement la création de « l’atelier Malherbe » ou il lancera le gemmail.

gemmail_bigGemmail” vient de de la contraction de deux mots « gemme » pierre précieuse et « email ».

Le gemmiste dessine une esquisse sur une plaque de verre éclairée, enchâssée dans un cadre et dépose sur celle-ci des morceaux de verre colorés (découpés à la demande) qu’il superpose.
La quantité de couches de verre détermine l’intensité de la couleur désirée, et cette superposition offre une gamme aussi riche que celle de la palette du peintre.
Lorsque le travail est terminé au gré de l’artiste, l’ensemble de la pièce est noyé dans une résine incolore. La formule originelle est consultable sur les demandes de brevets et nécessitait une cuisson de l’oeuvre (pour éviter notamment le retrait). Pour ma part, je n’ai jamais vu un four en chauffe (j’ai habité avec mon grand père jusqu’en 1966), je pense que la résine utilisée était alors une simple résine d’inclusion.